21 min  /  oct2015  / stéréo

Le temps est un moteur intime, un souffle caché. Mais d'où vient que le temps passe et par où passe-t-il ? Quel est le rapport entre le temps qui passe et ce qui se passe dans le temps ? Comment le rien, le vide et le « presque rien » réussissent à former un tout?
Cette pièce est une interrogation sur le temps dans l'écriture radiophonique. Pourquoi l'imagination se trouve stimulée quand le temps s'étire. Les silences se font épais et les mots en suspends retiennent notre attention. Une action se déroule pourtant sous nos oreilles. Il y a un suspens certain, une attente constante. Mais le sujet de l'histoire semble absent. Confronté à un vide si rempli, l’auditeur doit combler les silences et se construire une histoire propre.
Un exercice de style pour jouer avec l'écoute et mieux comprendre ses fonctionnements.
Cette pièce doit être écoutée à partir de 22h, avec peu de lumière.
Assis ou couché, peu importe.

Cette pièce a été composée avec la matière récoltée lors d'une résidence de travail pour le spectacle de Michel François Take the floor  en janvier 2015.

Diffusion en avant-première lors du festival Bivouac sonore le 24 octobre 2015.